Skip to content

Accueil > Expositions > Expositions passées > Anosmie : Vivre sans odorat

Anosmie : Vivre sans odorat

Du 18 mars au 31 juillet 2015
L’exposition sera exceptionnellement fermée le mardi 14 juillet.







A partir du 18 mars, l’ESPGG vous propose de découvrir l’exposition Anosmie, émouvante démonstration de l’impact de l’olfaction dans notre quotidien.

JPEG - 2.1 Mo



Réalisée par Eléonore de Bonneval, photojournaliste, cette exposition interactive nous invitera à travailler sur notre mémoire olfactive, à redécouvrir les odeurs de notre enfance et à prendre conscience de l’importance des odeurs dans notre vie sociale.



JPEG - 2.4 Mo

Ainsi sensibilisés, nous pénétrerons une architecture évoquant, non sans raisons, une serre aseptisée, où s’exposeront les grands tirages photographiques d’Eléonore de Bonneval, qui parvient à rendre visible l’anosmie à travers différents portraits en noir et blanc de personnes souffrant de cette déficience. Vous y découvrez notamment les témoignages de Mark qui ne comprend pas le lien entre souvenir d’enfance et odeur, ou de Duncan qui a l’impression de vivre derrière une vitre en permanence.

Du mardi au samedi, de 14h à 17h
Entrée gratuite
Plus d’infos sur le blog d’Eléonore de Bonneval


A l’ESPCI ParisTech, les chercheurs s’intéressent aux odeurs.

Laboratoire Gène et Dynamique des Systèmes de Mémoire
Au GDSM, les neurobiologistes étudient la mémoire et ses mécanismes au niveau du cerveau. Ils analysent notamment les mécanismes impliqués dans l’apprentissage associatif et la mémorisation des drosophiles. Pour tester la mémoire de ces mouches, ils utilisent parfois leur sens de l’odorat. Les mouches sont exposées à une odeur en présence de sucre. Ainsi, les mouches associent l’odeur et le sucre et mémorisent cette information. Plus tard, les drosophiles sont amenée à se diriger en fonction des odeurs. Celles qui se dirige vers l’odeur associée au sucre avaient donc bien mémorisé l’association odeur/sucre.

Laboratoire Sciences Analytiques, Bioanalytiques et Miniaturisation
Certains chercheurs du laboratoire LSABM tentent de développer une stratégie d’analyse pour déterminer la signature olfactive d’individus. Ils se basent sur la capacité des chiens à pister et à retrouver des personnes grâce à leur odeur. L’objectif est d’utiliser la chromatographie en phase gazeuse bidimensionnelle, outil analytique de pointe, qui devrait permettre de fournir un maximum d’information sur les composés présents dans l’odeur du sujet. En s’appuyant sur des outils statistiques avancés, ils pourront caractériser la signature olfactive des individus et ainsi d’établir de véritables cartes d’identité « à l’odeur ».