Skip to content

Accueil > Evénements > Événements « Sous Influences : la Science du Choix » > Conférence karaoké

Conférence karaoké

Mardi 16 avril de 18h30 à 20h

Sacha Bourgeois Gironde est chercheur en économie comportementale. Il se prête à l’exercice inédit de la conférence Karaoké : à vous de décider les thématiques de sa conférence en choisissant les chansons que vous allez chanter. Voilà une conférence où il est indispensable de participer !

Avec Sacha Bourgeois Gironde, Professeur d’Economie, Université Paris II (LEMMA), & Ecole Normale Supérieure, (Institut Jean-Nicod)

Les expositions de l’ESPGG sont parfois l’occasion de tester de nouvelles formes de médiation. C’est en tout cas ce qu’a décidé Sacha Bourgeois Gironde lorsque nous lui avons proposé de réaliser une conférence sur son travail de chercheur en économie comportementale.
Prendre le public au dépourvu, l’entraîner hors des sentiers battus, lui parler de termes techniques sans jamais l’ennuyer ; toutes ces contraintes ont été levées avec panache au cours d’une conférence tout à fait singulière et inédite : la conférence karaoké.

Le principe est simple : le chercheur propose des thèmes votés par le public. Le thème qui remporte la majorité est annoncé par une chanson française. Cette chanson, une fois chantée par la foule, devient le support pour comprendre un fait d’économie comportementale.

Ainsi, la chanson les bêtises permet de parler de nos émotions et de la colère. Froide lorsqu’elle est chantée par Sabine Paturel, elle explose avec Élodie Frégé. C’est l’occasion pour Sacha Bourgeois Gironde de nous montrer comment, dans le cerveau, la colère active les mêmes zones qu’une émotion comme la joie. La colère serait alors une émotion positive.

Les Rimes féminines, de Juliette nous interroge sur la place des autres dans nos décisions et notamment sur celle des modèles que nous nous imposons.
Enfin, Mangez moi de Billy ze kick est une facétie du chercheur pour mentionner avec audace l’intérêt des substances psychoactives dans la suppression des mauvaises habitudes.

Après une heure de chant, de danse et d’économie comportementale, l’intervenant nous propose de terminer par la notion de satisficing/unsatisficing. Alliance de “satisfying” et “sufficing” ce terme traduit notre tendance à choisir une solution “suffisante” et non “optimale” afin d’économiser le temps et l’énergie que demanderait la recherche de la perfection.

Nous chantons alors la tristitude, qui raconte sa réciproque (l’unsatisficing où l’on se contente de ces petits malheurs moins énergivore que leur résolution). Ce dernier chant se prête bien à la mélancolie qui nous accable de devoir nous arrêter là.
Voilà une soirée dont l’ESPGG se souviendra.