Skip to content

Accueil > Conférences > Les conférences expérimentales > Archives des conférences expérimentales > Les conférences 2013 > Conférence expérimentale - lundi 14 janvier 2013

Conférence expérimentale - lundi 14 janvier 2013

QUOI DE NEUF AU ROYAUME DES TEXTILES ?

Marie-Ange Bueno et Abdelaziz Lallam (Université de Haute-Alsace)

Ils nous habillent, nous protègent, nous réparent ; ils filtrent, frottent, maintiennent et renforcent. Un textile est un matériau mais c’est surtout une structure fine, souple et résistante. Le textile devient intelligent : il peut conduire l’électricité et faire jaillir la lumière. Et, il est aussi écolo ; ses fibres peuvent être produites à partir de bouteilles de plastiques usagées.

Les textiles techniques sont produits par tissage ou tricotage à partir de fibres synthétiques polymères dont la première, historiquement, et la plus répandue est le nylon, dont le nom scientifique est polyamide 6-6. D’autres polymères, comme le PET (polyethylene terephtalate), sont utilisés pour les applications textiles avec l’avantage de pouvoir être produits à partir de plastique recyclé, comme celui des bouteilles. Il faut 30 bouteilles en PET pour fabriquer un pull polaire.


Les fibres individuelles sont rassemblées sous forme de fils qui sont tissés ou tricotés pour former le tissu.


La cohésion et les propriétés mécaniques du tissu : résistance, souplesse, pliabilité sont uniquement conditionnées par le frottement entre fibre et fibre au sein du fil et entre fil et fil au sein du tissu : il n’y a pas de liaison chimique ou mécanique entre ces éléments.

On a progressivement appris à modifier les autres propriétés des tissus, comme leur porosité et leur mouillabilité pour leur trouver des applications de plus en plus diverses. Par exemple, on sait maintenant réaliser des prothèses de valves cardiaques en tissu. L’utilisation d’un matériau textile permet d’avoir une structure valvulaire moins sensible aux contraintes imposées lorsque la valve est en fonctionnement. Par ailleurs, la structure textile peut, de par sa porosité, servir de support de colonisation pour s’intégrer parfaitement dans la racine aortique.

Valve aortique en tissu

En intégrant dans des textiles complexes des fibres conductrices de l’électricité, ou des fibres piézoélectriques ou des fibres optiques, on peut réaliser des textiles intelligents qui jouent le rôle de capteur ou d’actionneur. La porte ouverte vers le tissu communicant, ou le tissu capable d’enregistrer et de contrôler notre état de santé.