Skip to content

Accueil > Evénements > Evénements passés > Festival Imagine Science Films

Festival Imagine Science Films

Samedi 3 juin 2017 à l’ESPGG

Imagine Science Films est une association art science désireuse de s’implanter durablement sur Paris.
Le travail de chercheurs qui réalisent, d’artistes-réalisateurs qui collaborent avec des chercheurs : tous ces films expérimentaux de nature et forme diverses sont des expériences cinématographiques nouvelles pour le grand public.

Après la 9e édition de son festival new-yorkais en octobre 2016, la 3e édition de son festival à Abu Dhabi en mars 2017, Imagine Science Films atterrit à Paris pour la 2de édition de son festival.
Pendant 3 jours, du 2 au 4 juin 2017, se dérouleront projections de courts-métrages, discussions, expositions, performances dansées, le panel de cette année se veut hétéroclite afin de séduire tous les amateurs de science et de cinéma, ainsi que les plus jeunes.
Les films de science sont des expériences d’hybridité, offrant la possibilité d’un langage double, en mélangeant des approches réflexive et artistique.

Pour la seconde édition de notre festival, nous avons choisi d’explorer tous les aspects de cette hybridité dans la sélection de nos films, d’en proposer de nouvelles formes par des évènements, performances, débats et expositions spécialement pensés pour ce festival.
Une sélection de films de réalisateurs internationaux sera présentée tout en mettant en valeur le travail de réalisateurs français. Les films sélectionnés oscillent entre les genres (expérimental, documentaire, animation, fiction) et les moyens visuels (en pellicule, en prise de vue réelle, avec effets spéciaux).

Le programme à l’ESPGG

SAMEDI 3 JUIN

En continu
3 Expositions sur écran

The secret world of Moths

JPEG - 40.7 ko

The secret world of Moths est un voyage magique dans le monde des mites. En utilisant la tomographie aux rayons X, les artistes Hannes Vartiainen & Pekka Veikkolainen mettent en lumière leurs macrocosmes cachés et explorent leur manière de vivre d’une manière inédite, faits de visuels saisissants. Nous suivrons les mites du cercle arctique à l’équateur, procurant une véritable réflexion sur la diversité et la complexité du monde macroscopique.

Le projet Lutetium

Un panel des vidéos de cette chaîne YouTube étudiante mariant recherche expérimentale, arts et vulgarisation, portée par l’ESPCI Paris, PSL Research University.

La compétition Symbiose 2016

En octobre 2016, Imagine Science Films s’est associée avec la 12e édition du festival Pariscience pour lancer un concourt partant d’une idée simple : inviter des binômes composés d’un(e) réalisateur/trice et d’un(e) scientifique à réaliser ensemble un court métrage en 48h. Les courts-métrages des 5 équipes sélectionnées seront projetés.


14h00-15h00
La science pour les plus jeunes
Projections de courts-métrages

PNG - 546.9 ko

Réalisateur présent : Karim Niazi, avec son film Hydrocarbon
Parce que l’éveil des enfants est primordial dans l’apprentissage, nous avons choisi de leur dédier une séance autour de courts-métrages qui parlent de protection de l’environnement, de sa place au sein des autres, de l’histoire de l’être humain ou proposent tout simplement une science-fiction distrayante !

© Polymer (court-métrage sélectionné)


Liste des courts-métrages sélectionnés

À géométrie variable (Marie-Brune de Chassey / Belgique / 2015)
Zooz (Romain Blanc-Tailleur / France / 2016)
Polymer (Astrid Goldsmith / Royaume-Uni / 2016)
Hydrocarbon (Karim Niazi / Suisse / 2016)
Nanuuq (Jim Lachasse / France / 2016)
Sun Milk (Silvan Zweifel / Suisse/ 2016)
En Marche ! (Léo Suchel / France / 2016)
The Five Minute Museum (Paul Bush / Royaume-Uni, Suisse / 2016)
Jellyfish Weather, néerlandais sous-titré français (Stefanie Visjager, Katinka Baehr / Pays-Bas / 2016)
My Cat in Me, néerlandais sous-titré français (Stefanie Visjager, Katinka Baehr / Pays-Bas / 2016)
Rhacophorus, anglais sous-titré français (Laura Verlinden / Pays-Bas / 2016)


14h00-15h30
Paysages analytiques
Projections de courts-métrages

PNG - 1.1 Mo

Réalisateur présent : Giulia Grossmann, avec Mars Society
Redécouvrir des paysages communs, observer sous un autre angle, fusionner des modes de visualisation. Film installation, en prise de vues réelles, en pellicule, animations 3D : la créativité de moyen d’acquisition de ce qui nous entoure est très grande dans cette sélection de courts-métrages. Monde quantique, planète fictionnelle, échelle atomique, futur proche et plausible dans l’espace, parc naturel, les thèmes abordés sont divers et proposent un voyage visuel captivant.

© Quantum fluctuations


Liste des courts-métrages sélectionnés

Kinsetsu – textures from planet 9 (Clemens Wirth / Royaume-Unis, Autriche / 2017)
Kaltes Tal (Johannes Krell & Florian Fischer / Allemagne / 2016)
Where Shapes Come From (Semiconductor / Royaume-Unis / 2016)
Stella 50.4N1.5E (Elsa Brès / France / 2016)
Mars Society (Giulia Grossmann / France / 2016)
Quantum Fluctuations (Markos Kay / Royaume-Unis / 2016)
Arrábida – There is Only One Earth (Tinne Zenner / Danemark / 2017)


16h-17h30
Café scientifique
La notion de collectif dans l’art science

Comment la collaboration chercheur-artiste permet de produire des films (ou images) scientifiques ?
Sous quelles auspices cette hybridation s’opère-t-elle ?

Dans une ambiance décontractée, nous proposons au public de pouvoir interagir avec des personnalités d’horizon divers qui témoigneront de leurs expériences dans les réalisations art science (court-métrage, documentaire, installation, vidéos youtube).

LES PARTICIPANTS DU CAFÉ SCIENTIFIQUE

> Le Projet Lutétium, représenté par Mathias Kasiulis

Le Projet Lutétium est une initiative étudiante portée par des établissements scientifiques, artistiques et de vulgarisation au sein de l’université de recherche Paris Sciences et Lettres. Leur but est de présenter en anglais et en français des sujets de recherche expérimentale relativement inédits sur Internet et dotés d’un fort potentiel visuel. Explication des concepts scientifiques, interview des chercheurs, et illustration en musique des expériences de recherche : ils ne manquent pas d’inventivité. À mi-chemin entre les sciences et les arts, entre les étudiants et les chercheurs, entre les créateurs et les vulgarisateurs, Mathias Kasiulis, partagera avec le public la dynamique de cette collaboration étudiante.

> Association Doc’Up : Les chercheurs font leur cinéma, représentée par Loïc Nicolas

Doc’Up est l’association des doctorants de Sorbonne-Universités. Ses membres sont convaincus que la recherche scientifique, qu’elle soit fondamentale ou appliquée, en sciences expérimentales ou en sciences humaines et sociales, est souvent méconnue par les acteurs de la société. Une de leurs nombreuses actions consiste à proposer aux doctorants d’expliquer leurs problématiques de recherche au grand public à travers la production de courts-métrages de 5 minutes. Dans cette dynamique, la première édition du festival « Les Chercheurs font leur cinéma » est lance en 2007. Loic Nicolas, partagera avec le public les enjeux de la promotion des chercheurs-réalisateurs.

> Charlotte Salvatico, co-scénariste et réalisatrice du court-métrage « l’Amour Protéique : une comédie scientifique dansée. »

Le court métrage « L’Amour protéique : une comédie scientifique dansée », c’est le pari de diffuser les découvertes clefs de 30 ans de recherche de laboratoire qui ont révolutionné la biologie des neurones, mais dans le cadre d’une fiction autour de la perte de l’être aimé. Pas la danse, moyen de transposition déterminant pour diffuser les savoirs scientifiques, les humains adoptent le comportement des molécules du cerveau. De cette transposition moléculaire naitra en retour une remise en question quant au sentiment de perte de l’être aimé. L’élaboration du film, initiée par Charlotte Salvatico - à l’époque en thèse en neuroscience à l’Institut de Biologie de l’Ecole Normale Supérieure - et Simon Serna -étudiant scénariste à la Fémis, sera partagée avec le public.

Tout le programme sur : imaginesciencefilms.org/paris/