Skip to content

Accueil > Evénements > Evénements à venir > Institut de Cinématographie Scientifique - Jeudi 3 octobre 2019

Institut de Cinématographie Scientifique - Jeudi 3 octobre 2019

Séance de projection de films scientifiques, le jeudi 3 octobre 2019 à 18 h 30 à l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes, Amphithéâtre Georges Charpak.

A l’occasion des 80 ans du CNRS, en présence de Marie MORA-CHEVAIS, directrice de CNRS Images.

CNRS. LE CLIP DES 80 ANS

Clip institutionnel, réalisé à l’occasion des 80 ans du CNRS, qui retrace les grandes étapes de son évolution depuis sa fondation le 19 octobre 1939 grâce à Jean Zay et Jean Perrin jusqu’à aujourd’hui. En 2019, le CNRS représente plus de 32 000 personnes, 1400 start-up et plus de 50 000 publications scientifiques par an.

Réalisateur : Nicolas MISFUD. Producteur : CNRS Images (2019). Durée : 2 min.

ALLOCUTION DE Mr JEAN PERRIN, MEMBRE DE L’INSTITUT, PRIX NOBEL

En 1938, lors de la semaine internationale contre le cancer et du quarantième anniversaire de la découverte du radium, le physicien Jean Perrin prononce une allocution dans le jardin de Marie Curie à l’Institut du Radium. A partir de l’exemple de la découverte par Pierre et Marie Curie du radium et de son application thérapeutique contre le cancer, il insiste sur l’importance de la recherche scientifique désintéressée et appelle au don. (Résumé repris du catalogue du CNC Patrimoine)

Réalisateur : Service de photographie et de cinématographie. Producteur : ONSRI (1938). Durée : 4 min.

LE PAVILLON DE BELLEVUE. D’HIER A AUJOURD’HUI

L’histoire du pavillon de Bellevue situé à Meudon, de ses origines à aujourd’hui, retracée par Denis Guthleben, historien attaché scientifique au Comité pour l’histoire du CNRS. D’un grand hôtel de luxe à un centre de recherche scientifique, en passant par un restaurant qui a laissé son nom à de célèbres recettes (la langouste à la Bellevue), l’école de danse d’Isadora Duncan, un hôpital militaire pour les blessés de la première guerre mondiale et l’office national des inventions, le pavillon de Bellevue a eu plusieurs vies. Des personnalités scientifiques ont marqué la vie de ce site, entre autres, Jules-Louis Breton, homme politique, premier directeur de l’office des inventions, qui a contribué à son essor et à son association au salon des arts ménagers, le professeur Jean Comandon, médecin, passionné par la photographie et le cinéma scientifiques, Aimé Cotton, physicien, et les recherches fondamentales qu’il a réalisées grâce au grand électro-aimant.

Réalisateur : Nathalie LAMBERT. Producteur : CNRS Images (2013). Durée : 12 min.

LE MYSTERE DE LA REINE DES TERMITES

La reine des termites peut vivre jusqu’à 40 ans ! Quel est le secret de son incroyable longévité ? C’est pour résoudre ce mystère que des chercheurs français se sont rendus à Pretoria en Afrique du Sud pour étudier ces insectes dont l’organisation sociale reste encore une énigme. Afin d’observer les interactions entre le couple royal et les ouvriers, ainsi que le développement de la reine, l’équipe française s’est lancée dans un projet ambitieux, recréer une colonie en laboratoire.

Réalisateur : Pierre de PARCSAU. Producteur : CNRS Images (2018). Durée : 9 min.

DANS LES PAS DE LITTLE FOOT

Le site préhistorique de Sterkfontein en Afrique du Sud présente une concentration exceptionnelle de fossiles d’hominines anciens. Dans l’une des grottes du site a été découvert le squelette presque complet d’un australopithèque, surnommé Little Foot. Un fossile exceptionnel, complet à plus de 95% et vieux de 3,7 millions d’années. Une datation nouvellement établie par Ron Clarke, le découvreur de Little Foot, grâce aux analyses géologiques et stratigraphiques du géomorphologue Laurent Bruxelles. C’est le plus vieux squelette d’hominine trouvé à ce jour, faisant du site de Sterkfontein l’un des berceaux de l’humanité. A l’université de Wits à Johannesbourg, le professeur Ron Clarke et son équipe continuent d’étudier Little Foot. Ils ont pu déterminer qu’il s’agit d’une femelle âgée d’une trentaine d’années, de petite taille appartenant à l’espèce Australopithecus prometheus. Les avancées technologiques permettent d’analyser en profondeur son squelette. La paléoanthropologue Amélie Beaudet a réalisé à l’aide d’un scanner micro-tomographique, une modélisation 3D très détaillée de son crâne et étudier la structure de son cerveau.

Réalisateur : Pierre de PARCSAU. Producteur : CNRS Images (2019). Durée : 8 min.

SINGES ET RESEAUX SOCIAUX

Grâce à l’étude des comportements de macaques japonais, deux chercheurs en primatologie ont pu mettre au jour l’existence d’un réseau de relations sociales complexes. A travers des expériences de terrain, ils ont étudié la diffusion et l’appropriation d’informations au sein de ce réseau. L’apprentissage et la transmission de savoir-être et de savoir-faire spécifiques par cette espèce du monde animal, prouve que l’acquisition d’attitudes relevant du domaine de la culture ne saurait être uniquement réductible à l’humain.

Réalisateur : Nicolas Baker. Producteur : CNRS Images.(2016). Durée : 5 min.

ANTBOT : LE ROBOT FOURMI

L’équipe de bioroboticiens de l’ISM de Marseille imite la nature pour créer des robots plus performants. C’est en s’inspirant de la fourmi Cataglyphis, dite fourmi du désert, qu’elle a mis au point AntBot un robot capable de se déplacer sans GPS. Cette prouesse est possible en reproduisant les trois modalités sensorielles de la fourmi pour s’orienter dans l’espace : la polarisation de la lumière du soleil, la perception du défilement du paysage et le comptage de leurs pas. Les chercheurs ont ainsi montré dans des conditions expérimentales que leur machine réussit l’exploit de se déplacer et de retrouver son chemin sans GPS, ni puissance de calcul. Montrant ainsi qu’il est possible d’utiliser un minimum de ressource pour exécuter des tâches réputées complexes.

Réalisateur : Nicolas Baker. Producteur : CNRS Images (2019). Durée : 6 min.

LE MEMBRE FANTOME, PILOTE DE PROTHESE

Contrôler une prothèse robotisée reste une tâche laborieuse qui nécessite des mois d’apprentissage pour de nombreuses personnes amputées. En France, une équipe de chercheurs, d’ingénieurs et de médecins développe une nouvelle méthode plus naturelle, en mobilisant le « membre fantôme ». Leurs travaux prometteurs font l’objet d’une publication le 29 novembre 2018 dans la revue « Frontiers in Bioengineering and Biotechnology-Bionics and Biomimetics ». (Résumé repris de CNRS le journal).

Réalisateur : Basile TROUILLET. Producteur : CNRS Images (2018). Durée : 6 min.

POUDRES DE SOLEIL

Des scientifiques veulent mettre à profit la grande densité énergétique de certains métaux comme l’aluminium ou le magnésium, dont la combustion n’émet pas de gaz à effet de serre et forme des oxydes recyclables grâce à l’énergie solaire. Menés notamment au four solaire d’Odeillo, leurs travaux sont à découvrir dans ce reportage publié avec LeMonde.fr. (Repris de CNRS le journal).

Réalisateur : Marc ADERGHAL. Producteur : CNRS Images (2019). Durée : 7 min.


NOTRE GALAXIE CARTOGRAPHIEE

Afin de cartographier en 3D notre galaxie, le satellite Gaia, dédié à l’astrométrie, a été lancé par l’ESA en 2013. Une équipe d’ingénieurs et de chercheurs, de l’Observatoire de Paris basé à Meudon, participe à cette mission pour tenter de connaître la position et le mouvement des astres. La sonde, qui scrute l’univers en continu, envoie une quantité importante de données qui sont étudiées et analysées en partie par l’équipe de l’Observatoire. Les résultats de la mission européenne Gaia, publiés au sein d’un catalogue, permettent de comprendre les mécanismes de formation de notre galaxie et pourrait révéler l’existence de nouvelles planètes.

Réalisateur : Pierre de PARCSAU. Producteur : CNRS Images (2018). Durée : 5 min.

Prochaine séance (date sous réserve) avec un autre programme : jeudi 7/11/2019