Skip to content

Accueil > Evénements > Événements « Sous Influences : la Science du Choix » > World Café spécial Saint Valentin

World Café spécial Saint Valentin

Jeudi 14 février 2019, de 18h30 à 20h30

Et mes choix ? Tu les aimes mes choix ?

À l’occasion de la Saint Valentin, interrogeons le choix amoureux sous le prisme des trois influences de l’exposition.

La société dicte-t-elle le choix de nos partenaires ?
Sommes-nous réellement prisonnier·ères de nos pulsions biologiques ?
La formule algorithmique de l’amour vendue par les sites de rencontre est-elle vraiment mythique ?

Venez en débattre lors d’un world café ouvert à toutes et à tous, en couple, célibataires ou autre...

Jeudi 14 février 2019, de 18h30 à 20h30, en mezzanine de l’ESPGG.

Qu’est-ce qui influence mes choix amoureux ?
Nous nous positionnons littéralement dans l’espace pour montrer notre avis : trois ballons situés à trois endroits de l’exposition symbolisent une influence possible (la biologie, la société, les algorithmes). Premier constat, les plus jeunes semblent plus sensibles aux influences biologiques, là où les plus âgés sont convaincu·es que leur choix amoureux est le résultat d’une influence sociale. Corrélation ou causalité ?
“La société nous impose “le couple” comme une situation obligatoire. Surtout à partir d’un certain âge”, rappelle l’un des participant·es. Le milieu social est cité comme un agent provocateur de rencontre tout comme les raisons économiques qui poussent aux choix d’un·e partenaire particulier·ère.

Au fur et à mesure, les échanges s’accompagnent de mouvements. Nous nous déplaçons, pour ajuster nos opinions.

Puis se pose la question des algorithmes dans nos choix amoureux. Les recommandations amazon, netflix et trip advisor ou encore les filtres d’instagram et de facebook nous poussent-ils à rester dans le jus de nos propres milieux ? À fréquenter les mêmes gens, aux mêmes endroits, au cours des mêmes activités ?
Les réponses sont complexes et dérivent rapidement sur les sites de rencontres.

Quid de l’amour assisté par ordinateur ?
Points positifs : on diversifie un peu, on bouscule les classes sociales, on peut élargir les champs géographique et sociologique des possibles.
Et la tendresse BOR*** ?
Ce que l’on gagne en quantité, on le perd en humanité. L’un des participant·es témoigne du modèle consumériste qui s’installe avec la pratique. Dégoûté de ces rencontres éphémères et superficielles, il avait perdu la notion d’échange, de découverte de l’autre. Il a fini par renoncer.
Un couple présent nuance : “Nous nous sommes rencontré·es grâce à un site de ce genre et nous sommes très heureux·se”.
Un autre participant raconte : “Je n’aurais jamais trouvé ma compagne par hasard ou grâce à mes fréquentations, nous sommes trop différent·es. C’est grâce aux sites de rencontre que je suis en couple”.

Il est temps d’aborder la biologie. A t-elle un effet sur nos amours ?

Nous parlons phéromones, ocytocine, odorat et microbiome mais peu semblent enclin·es à se croire dominé·es ou manipulé·es par ces phénomènes biologiques. Un seul point rassemble tout le monde : la grossesse, la paternité, la parentalité. Si l’instinct maternel n’existe pas, toutes et tous s’accordent pour dire que l’arrivée d’un enfant dans un couple est un tsunami émotionnel où le corps participe à grand coup de mécanismes biochimiques pour construire cette nouvelle relation à l’autre.

Avant de partir, nous tentons un nouveau positionnement dans l’espace et dans nos réflexions. Un léger glissement des corps s’effectue. Nous terminons moins décidé·es mais davantage conscient·es de ce qui se cache derrière le choix d’un·e partenaire amoureux.